photo fille qui regarde son téléphone

Hello, j’espère que vous allez bien (oui aujourd’hui je dis vous)!
Derrière mon titre putaclic, se cache une remarque que je me suis prise il y a
un moment déjà et qui m’a choqué. Un message sur Instagram qui disait (je cite plus ou moins)
« T’es chiante avec ta bonne humeur, arrête un peu tu es tellement fausse! »…
(Je dis plus ou moins car 1/ ça date de cet été et 2/il était tard, je
n’avais pas envie de parler avec ce genre de gens, j’ai effacé directement).

POURQUOI CE BILLET

En fait ce billet me trotte dans la tête depuis ce jour là, pas parce
que j’ai envie de lui répondre (je ne peux pas dire que je m’en fiche, là ce
serai mentir) mais parce que là encore se pose le problème des RS, et non pas
de ses dérives comme on a pu le voir, mais des effets sur les gens. Clairement
il y a autant de personnalité sur Instagram que d’étoiles dans le ciel, et
chaque personne y apporte sa contribution
(sauf JUL et Maitre Gimms… je
m’égare). Chaque personne est ainsi faite qu’elle sera sensible à ce qui est
posté d’une façon différente.
Ici, je ne cherche pas à donner une réponse absolue, mais seulement
mon point de vue à moi et ma façon de consommer Instagram.
Pour moi il y a 3 grandes
catégories d’Instagrameurs (si on enlève ceux qui ont un compte perso, quand je
parle d’Instagrameurs je ne parle de personne qui en font plus ou moins le même
usage que moi)
–         
Ceux qui déballent tout…
–         
Ceux qui ne racontent rien, dont les légendes
sont des descriptions des photos
–         
Ceux qui sont entre les deux (je me situe là)

INSTAGRAM ET MOI

Mon premier smartphone, je l’ai acheté pour avoir Instagram, parce que je
trouvais que les photos étaient jolies. J’y passais pas mal de temps, j’y ai
même rencontré des personnes avec qui, 5 ans après je suis encore amie et avec
qui on fait une belle bande. A l’époque, on postait plusieurs fois par jours,
avec des filtres assez indécis mais c’était le côté instantané, petit à petit
ce côté instantané a vraiment disparu, pour laisser place à un feed
complétement à chier (pardon mais je n’ai pas d’autre mots) où je vois des
« Bon Dimanche les copains » un mardi matin (parole de moi). Les
photos sont plus travaillées, les textes, les hashtags toussa quoi, mais ce que j’y raconte reste moi. Rien n’est
plus aussi naturel?

NATURELLE SUR INSTAGRAM?

A mes yeux, Instagram est et restera une bulle. Si j’aime toujours
autant Instagram c’est parce que c’est un joli endroit où j’aime m’y refugier
pour m’échapper… Pas à la réalité. Je fais partie de ses gens qui aiment
partager les choses positives, parce que je fais partie de ces personnes qui
ont envie de pousser les gens vers le haut comme j’ai eu la chance de l’avoir
été un moment dans ma vie. Pour moi c’est un juste retour des choses.
Instagram me permet de m’échapper car j’en ai fait ce que ma vision du
monde est
 : un endroit où les personnes avec qui j’échange sont
bienveillantes. Où je retrouve mes amies de toujours, et les nouvelles et où je
partage ce que j’ai à donner (sauf mes chaussures).
Je n’y parle pas de choses trop personnelles car j’ai aussi envie de
protéger les gens que j’aime et qui n’ont pas envie d’y être, eux.
Il y a des très jolis compte que je n’ai pas envie de suivre parce que
je ne m’y retrouve pas au final, des filles qui prennent tout à cœur à chaque
fois (pardon mais c’est trop négatif pour moi et je suis une éponge) ou celles dont j’ai vraiment l’impression d’entrer dans leur intimité alors que
je ne les ai jamais rencontré (pardon mais cela me met mal à l’aise). Et
d’autre qui n’ont comme prétention que d’être qui elles sont mais que j’adore et qui apportent tellement de choses,
puis celles qui sont entre les deux et qui s’en fiche.
Ma vie n’est pas parfaite, mais je prends ces mauvais moments comme
une expérience qui m’apporte non pas une casserole à me trimballer mais une
aventure à explorer
. Si je ris, si je raconte des trucs idiots c’est moi, mais
quand je pleure ou que je deviens folle c’est aussi moi. Une personne que je
n’ai pas envie de montrer au monde car c’est une personne que je n’ai pas moi
envie de voir en face de mon miroir le matin. Je ne me force pas à être cette
femme, je le suis devenue par envie.
J’aime  suivre des gens qui me
motivent, et c’est en cela qu’Instagram me permet de m’échapper, pour toutes
ces fois où je me suis demandé ce que je faisais là.  Comme cette fille qui fait de la pole dance et
à qui j’ai pensé lors de mes gamelles monumental au premier cours, ou mon amie Viginie qui l’an passé à couru le Run In Lyon et dont j’étais fière.
photo téléphone instagram

ÊTRE LE REFLET DE SA PROPRE VISION DU MONDE

Je poste sur mon compte ce que moi j’ai envie de voir, par l’image que
j’ai envie de montrer au monde mais l’image que j’ai de moi.
Alors peut être
que celle-ci peut agacer certaines personnes qui n’ont pas compris mon but au
final, mais je pense qu’Instagram n’est que le reflet de ce qu’on en fait et
notre propre vision du monde.
Parfois on peut me trouver agaçante, lourde avec
mes blagues nulles… mais je sais que la personne que je montre c’est celle qui
me motive tous les matins (après 9h30 en ce moment) à sortir de mon lit pour
voir le monde.
Voilà, j’espère que tu n’as pas fais un AVC en lisant tout ça.
Je te remercie d’ailleurs si tu es arrivé au bout (je dis
« tu » à nouveau oui…)
Je serais très heureuse d’avoir ton avis après tout cela, de savoir
comment tu vois Insta, comment tu te vois toi? Tu peux aussi me le dire si tu
trouve que je raconte n’importe quoi, que tu n’es pas d’accord toussa.
J’ai vraiment hâte de te lire!
photo téléphone instagram
……
…….